Σάββατο, 19 Δεκεμβρίου 2009

Les 1 F sous la neige...





We wish you a Good New Year!

Bonne Année 2010 !

Πέμπτη, 10 Δεκεμβρίου 2009

Du côté de 1 F groupe 2




Les feux de forêts
Avec quinze millions d'hectares de forêts, soit un peu plus du quart du territoire national, la France se place au troisième rang des pays les plus boisés de l'Union Européenne.
Mais cette richesse naturelle, à laquelle vient s'ajouter l'importante diversité des zones forestières françaises constituées de 136 essences d'arbres différentes, rend le territoire plus vulnérable aux incendies.
Chaque année des milliers d'hectares sont dévastés par les flammes, en dépit d'une stabilisation encourageante du nombre annuel de départs de feux.
Cette vulnérabilité n'est cependant pas identique pour toutes les zones forestières et subforestières du territoire. Seule la moitié des surfaces boisées est particulièrement vulnérable aux incendies, soit environ sept millions d'hectares de forêts (sauf années exceptionnelles comme en 1976). Les quatre millions d'hectares de maquis et garrigue de la région méditerranéenne et de la Corse, ainsi que le million d'hectares de forêts de pins dans les Landes sont tout particulièrement concernés.
Les incendies de forêt sont beaucoup moins meurtriers que la plupart des catastrophes naturelles. Ils n'en restent pas moins très coûteux, tant au niveau des moyens matériels et humains mis en œuvre, que des conséquences environnementales et économiques qui en découlent. Ainsi en 2002, plus de 125 millions d'euros ont été consacrés à la prévention et à la lutte contre les feux en France.
Face à ce constat, l'État mène une politique de prévention active, dont la priorité est l'information du public et des usagers de la forêt.
Les conséquences écologiques du feu en forêt
Le feu peut affecter la qualité du sol et les organismes qui y vivent. Plus le feu est chaud plus les dégâts engendrés au sol sont grands. Il touche évidement la faune parce qu’il détruit puis change son habitat pendant plusieurs années. Pendant le feu, plusieurs animaux peuvent mourir. Les dégâts qu'ils causent font fuir les animaux.
Lorsque le feu s’attaque à l'habitat d’hiver des gros mammifères, ceci peut devenir problématique, parce qu’un grand incendie peut les priver d’un abri et de leur source de nourriture.
Comme on peut le constater, un feu amène beaucoup de changements dans la nature.
Les feux entraînant la dégradation de la forêt, ils contribuent dans le même temps à augmenter l’impact des autres risques naturels.
La disparition de la couverture végétale aggrave les phénomènes d’érosion et les conditions de ruissellement des eaux superficielles. La destruction des paysages suite au passage des flammes a une grande répercussion au sein de la population locale. Les incendies répétitifs détruisent de façon quasiment irréversible le patrimoine naturel entraînant des pertes économiques difficilement chiffrables.
Les conséquences sur les personnes et les biens
À la différence de la plupart des catastrophes naturelles, les feux de forêt font principalement des victimes parmi les pompiers. Ils sont très coûteux en termes d’impact humain, économique, matériel et environnemental.
Ces dernières années, le nombre de feux et la taille des surfaces touchées tendent à diminuer, grâce à des conditions météorologiques favorables et aux mesures de prévention mises en œuvre. On constate une forte diminution des causes accidentelles (dépôts d’ordures, lignes électriques, voies ferrées…) et de la malveillance dans les départs de feux.
Dans les départements de Provence-Alpes-Côte d’Azur les plus gravement exposés, la prévention des feux de forêts constitue une contrainte de plus en plus lourde pour l’aménagement du territoire.
L’effet de serre, responsable du maintien de températures propices à la vie à la surface de la planète, s’en trouve déséquilibré, ce qui induit de graves perturbations du système climatique complexe de la planète, dont le réchauffement global n’est qu’un aspect. Les conséquences dans de nombreuses régions seront catastrophiques pour l’économie de vastes communautés humaines. Les perturbations du cycle atmosphérique de l’eau sont le plus à craindre, modifiant le régime des pluies et de l’évaporation, et augmentant le nombre et la brutalité des cyclones tropicaux. La remontée du niveau des mers est probable. Selon son ampleur, elle mettra en péril des zones insulaires et littorales précises. Ce bouleversement climatique va se combiner, au vu des tendances prévisibles, avec la diminution continue de l’ozone stratosphérique et l’augmentation qui y est liée du flux de rayons ultraviolets solaires, cancérigènes, atteignant le sol.



Les conséquences sociales des feux de forêts
Chaque année, le feu dévore quelque 350 millions d'hectares de terres boisées, de friches et de cultures provoquant non seulement des dégâts considérables à la nature mais aussi aux habitations et aux propriétés tout en privant de leurs moyens d'existence des milliers, voire des millions, d'individus.Les incendies provoquent aussi des pertes en vies humaines. En outre, la destruction du couvert végétal par les incendies incontrôlés aggrave à la fois le réchauffement climatique, la pollution de l'air, la désertification et la perte de biodiversité.

Tous les espaces végétaliennes peuvent brûler un jour ou l'autre. Toutefois, la probabilité qu'un feu se développe est plus grande dans un peuplement de pins d'Alep, en été ou après un épisode de sécheresse durable, un jour de fort mistral en région méditerranéenne que dans une pessaire du Jura.
La lutte contre les feux de forêt fait appels à trois types d'intervenants : les forestiers, qui assurent une surveillance et peuvent procéder à des coupes préventives ; les pompiers, engagés sur le terrain ; les moyens aériens bombardiers d'eau :avions bombardier d'eau et hélicoptères.
Le déclenchement volontaire de feux pour brûler la végétation - combustible en puissance - sur la trajectoire d'un incendie en train d'avancer est une pratique assez courante dans les régions où l'eau est rare.Il est impossible d'éteindre un feu de forêt avec les moyens hydrauliques. La technique habituellement utilisée consiste à attaquer les fronts gauche et droit pour resserrer la tête et canaliser la propagation. L'attaque des fronts utilise soit des équipes au sol, soit des avions ou hélicoptères.
L'utilisation de bombardiers d'eau ne peut se faire que dans des zones sans personnel, le largage d'une dizaine de tonnes d'eau pouvant causer de graves blessures. Il y a donc une coordination radio indispensable entre les équipes au sol et les équipes aériennes. Lorsqu'une équipe au sol entend un moteur, elle lève la lance afin de signaler sa présence aux moyens aériens avec le jet d'eau et éviter les accidents.
L'eau peut être larguée seule ou avec des additif. On peut notamment effectuer un large d'eau additionnée de « retardant » sur la végétation voisine du feu pour éviter l'extension du sinistre (retardant dit « à long terme »). Il s'agit de poly phosphate d'ammonium additionné d' oxyde de fer qui lui donne une couleur rouge, il inhibe les réaction d'oxydation: la combustion dégage moins d'énergie, donc elle se propage moins vite. On utilise également fréquemment un tensioactif ou « agent mouillant » : en diminuant la tension superficielle de l'eau, celle-ci peut passer la couche grasse qui recouvre la végétation (le tensioactif agit à l'instar d'un savon), et par ailleurs, l'eau forme une pellicule plus fine, mais plus étendue, sur la végétation.
Par ailleurs, on procède à la protection des populations en les évacuant, et à la protection des habitations, qui consiste à rentrer les véhicules dans le garage, ou le mettre contre la façade opposée au sens du vent ; fermer les volets et les fenêtres ; arroser les habitations pour éviter l'échauffement par radiation ; établir un « front d'eau » face au feu pour que celui-ci contourne l'habitation. Cette manœuvre porte le nom de « défense des points sensibles » (DPS). La défense d'une habitation unique nécessite typiquement quatre véhicules, les habitations isolées dans la forêt posent donc de gros problèmes. Certaines entreprises proposent des arroseurs fixes à poser sur les maisons, de type gicleur.
Certains pays, comme par exemple les États-Unis, pratiquent des contre-feux : en brûlant une partie de la végétation de manière contrôlée, on prive le feu de carburantt lorsqu'il atteint la zone. Cependant, outre le fait que le feu peut « sauter » la zone, le contre-feu peut aussi échapper au contrôle des pompiers ou forestiers et devenir un nouveau foyer.Certains pays pratiquent également des coupes en urgence, par exemple au bulldozerr, dans le même but.

Qui est responsable ?
Au moment où certains pays du continent européen (Suisse, Autriche, Allemagne...) sont frappés par des intempéries avec des pluies torrentielles et inondations, les alertes se multiplient dans les autres pays européens du pourtour méditerranéen pour lutter contre les feux de forêts. La sécheresse a sa part de responsabilité dans les gigantesques incendies qui ont ravagé les forêts du Portugal, d’Espagne de la Grèce et la garrigue en France, mais bien moins que la responsabilité directe de l’homme.Depuis près d’une décennie, d’immenses régions forestières de la planète s’embrasent tour à tour : en 1997, les forêts de la Malaisie et de l’Indonésie ont été les premières ravagées par d’immenses feux, puis en 1998, l’Amazonie brésilienne, l’île de Palawan aux Philippines, ainsi que le Mexique. En 2003, 2004 et en 2005, des centaines de milliers d’hectares de forêts des pays méditerranéens, dont le Maroc, l’Algérie, le Portugal, l’Espagne, l’Italie, la Grèce et la France, ont flambé toute la saison d’été. Les causes réelles de ces incendies sont bien connues, mais souvent on accuse la nature d’être à l’origine de ces feux. Pourquoi les incendies sont-ils devenus si nombreux et si fréquents ? L’effet de changement climatique est-il responsable de ces incendies de forêts? Quelle est la part de responsabilité de l’homme dans ces incendies ? Que peut-on faire pour éviter une répétition de ces catastrophes environnementales à l'avenir ?

L’éducation et la sensibilisation par les médias
Les pays concernés et menacés par les feux de forêts pourraient sauver, chaque année, des vies humaines, des grandes superficies de forêts, et faire l’économie des dépenses si les populations étaient mieux informées et formées en matière de prévention et de lutte contre les incendies. Les pays européens dépensent, chaque année, des milliards d'euros pour la lutte contre les incendies de forêts et pour les subventions de reboisement. Malgré l’effet de changement climatique et l’effet de sécheresse qui favorisent ces incendies de forêts, l’intervention anthropique reste la principale cause des incendies de forêts dans le monde. Selon les statistiques, dans 90% des cas, les humains sont les premiers responsables de ces feux de forêts. Contrairement aux autres parties du monde, où un certain nombre de feux est d'origine naturelle, le bassin méditerranéen se caractérise par la prédominance de feux provoqués exclusivement par l'homme. Les facteurs directs favorisant les feux de forêts sont connus depuis longtemps: culture sur brûlis, conversion des forêts en champs cultivables, incendies d'origine criminelle ou accidentelle, feux pour brûler les détritus, matériaux et produits rapidement inflammables, pratiques domestiques... La prévention et la lutte doivent impliquer en premier lieu les riverains à proximité des forêts. Investir dans l’information et la formation en matière de lutte contre les incendies de forêts réduira aussi bien le nombre de ces incendies ainsi que les coûts de leur extinction. Aussi longtemps que les populations ne réaliseront pas le danger qu'il y a à allumer un feu en pleine forêt sans prendre de précautions, surtout en période sèche, les feux vont continuer à ravager chaque année des grands espaces forestiers de notre planète. Le coût d'une campagne d'éducation en matière de lutte contre les feux de forêts est dérisoire comparé aux coûts d'un Canadair. Avec le prix de ce dernier, on pourrait informer et former des millions de personnes en prévention et lutte contre les feux de forêts.

La Grèce a lancé une vaste campagne d'éducation en matière de prévention et de lutte au niveau national au lendemain de gigantesques incendies qui ont réduit en cendre plus de 100 000 ha. Grâce à cette campagne, 10 000 ha seulement de forêts ont été détruits par le feu en 2004. Les techniques de télédétection spatiale sont aujourd’hui indispensables pour la surveillance de l’environnement. Les radiomètres à Très Haute Résolution (AVHRR), embarqués sur la série de satellites NOAA sont parmi les meilleurs systèmes pour la surveillance des feux grâce à la combinaison d'une très bonne résolution temporelle (plusieurs images par jour), d'une résolution spatiale moyenne de 1x1 km2 et d’une résolution spectrale suffisante avec des images dans 5 canaux allant du visible à l’infrarouge. Les canaux dans l'infrarouge moyen et thermique sont utilisés pour la détection automatique des feux de forêts, et complétés par l'utilisation des canaux visible et proche infrarouge pour calculer les valeurs du NDVI (Indice de Végétation Différence Normalisée) pour les périodes précédant et suivant les feux, afin de générer des cartes d'extension des incendies. On utilise également les séquences temporelles de NDVI pour générer un « indice de risque » pour les feux futurs. Le coût de ces opérations de télédétection reste très modéré par rapport aux lourdes opérations mobilisées en cas de feux de forêts. Enfin, il faut adapter une nouvelle législation environnementale à l’échelle mondiale qui persuaderait les populations, les industriels et les exploitants agricoles et forestiers de ne pas pratiquer ou provoquer les feux de forêts. Il est vrai que la plupart des pays prévoient des peines variées en cas d'incendie délibérément provoqué; cependant, il est difficile de prouver par les tribunaux s’il s’agit d’un incendie criminel, accidentel ou naturel. En plus, les instruments juridiques dont disposent la majorité des pays ne prévoient pas des sanctions lourdes et sévères en cas de feux de forêts d’origine criminelle. L'infraction à la réglementation est généralement punie par de simples amendes.


From: Alexis KIMPYNECK - Matthieu LALANNE - Steve LEBRETON - Stéphen LITAUDON MERANDET - Fabien MARION - Christopher RABAULT - Maximilien RUET - Jordan THOMMAS - Dorian VANIER




Σάββατο, 21 Νοεμβρίου 2009

Vision by 1 F groupe 1


Les causes et les conséquences

Deux types de facteurs conditionnent l'apparition et la propagation des incendies de forêt :
les évènements déclenchant le feu tels que la foudre ou les actions anthropiques (causes accidentelles, imprudences, travaux agricoles et forestiers, malveillance ...)
les facteurs favorisant le développement et la propagation du feu tels que les conditions climatiques (sécheresse, vent), le relief, l'inflammabilité et la combustibilité des essences ou la structure du combustible liée à l'état d'entretien de la forêt.
Généralement, la période de l'année la plus propice aux feux de forêt est l'été, car aux effets conjugués de la sécheresse et d'une faible teneur en eau des sols, vient s'ajouter une forte fréquentation touristique qui augmente les risques de déclenchement d'incendies par imprudence.
Le risque d'incendie de forêt existe lorsque ces différents facteurs sont en présence. Il est d'autant plus fort que des enjeux humains, économiques et environnementaux y sont exposés. Bien que les incendies de forêt soient beaucoup moins meurtriers que la plupart des catastrophes naturelles, leur impact est loin d'être négligeable.
Les atteintes aux hommes concernent principalement les sapeurs pompiers et plus rarement la population. Le mitage, qui correspond à une présence diffuse d'habitations en zones forestières, accroît la vulnérabilité des populations face à l'aléa feu de forêt. De même, la diminution des distances entre les zones d'habitat et les zones de forêts limite les zones tampon à de faibles périmètres, insuffisants pour stopper la propagation d'un feu.La destruction d'habitations, de zones d'activités économiques et industrielles, ainsi que des réseaux de communication, induit généralement un coût important et des pertes d'exploitation. De même, au-delà des conséquences écologiques, un incendie de forêt a des conséquences économiques et sociales pour un gestionnaire forestier.

Conséquences écologiques


Le feu peut affecter la qualité du sol et les organismes qui y vivent. Plus le feu est chaud plus les dégâts engendrés au sol sont grands.
Il touche évidement la faune parce qu’il détruit puis change son habitat pendant plusieurs années. Pendant le feu, plusieurs animaux peuvent mourir. Les dégâts qu'ils causent font fuir certains animaux mais il peut en attirer d'autres.
Certaines espèces d’oiseaux de proie et d’insectivores sont attirées par les incendies, car elles peuvent capturer les petits mammifères, les insectes ou les autres proies qui fuient les flammes.
L’installation d’une nouvelle végétation après le feu attire des populations de rongeurs qui trouvent dans les aires brûlées, de la nourriture et des abris.
Lorsque le feu s’attaque à l'habitat d’hiver des gros mammifères, ceci peut devenir problématique, parce qu’un grand incendie peut les priver d’un abri et de leur source de nourriture.
Si le feu affecte l’habitat des herbivores, les carnivores (qui mangent les herbivores) seront aussi touchés; les populations de carnivores diminueront ou devront aller ailleurs pour trouver leurs proies.
Un feu peut être bon pour les poissons des lacs et des rivières. En effet, la destruction de la végétation stimule l’installation d’autres espèces qui produisent de l’ombre et permettent aux populations d’insectes, de se développer. Or on sait que les insectes sont importants dans le régime alimentaire des poissons.
Comme on peut le constater, un feu amène beaucoup de changements dans la nature.
L'impact environnemental d'un feu peut également être considérable en terme de perte biologique (faune et flore spécifiques des zones boisées) et d'autant plus important que les feux sont répétés dans le temps. Aux conséquences immédiates, telles que les disparitions et les modifications de paysage, viennent s'ajouter des conséquences à plus long terme, notamment concernant la reconstitution des biotopes, la perte de qualité des sols et le risque important d'érosion, consécutif à l'augmentation du ruissellement sur un sol dénudé.

Conséquences économiques

Le risque d'incendie de forêt existe lorsque ces différents facteurs sont en présence. Il est d'autant plus fort que des enjeux humains, économiques et environnementaux y sont exposés. Bien que les incendies de forêt soient beaucoup moins meurtriers que la plupart des catastrophes naturelles, leur impact est loin d'être négligeable.
La destruction d'habitations, de zones d'activités économiques et industrielles, ainsi que des réseaux de communication, induit généralement un coût important et des pertes d'exploitation. De même, au-delà des conséquences écologiques, un incendie de forêt a des conséquences économiques et sociales pour un gestionnaire forestier.

L'indemnisation

Contrairement à d'autres risques naturels, ce n'est pas la garantie "catastrophes naturelles " qui s'applique. Les préjudices causés par les feux de forêt figurent en effet parmi les risques assurables et peuvent donc faire l'objet d'un dédommagement, au titre du régime de l'assurance incendie.


Le mécanisme communautaire de protection civile



Ce mécanisme communautaire a pour but de favoriser une coopération renforcée lors des interventions de secours en matière de protection civile. Il assure la coordination des interventions de secours afin d'apporter un soutien rapide et d'aider un pays (aussi bien dans l'Union européenne qu'en dehors de celle-ci) en cas de besoin. Son objectif principal est de fournir la meilleure réponse possible face à une situation d'urgence majeure.


Les activités couvertes par ce mécanisme sont coordonnées par le Centre de suivi et d'information, lui-même géré par la Commission européenne au sein de l'unité protection civile de la direction générale de l'environnement.





From : Almonte Florent - Bauvoi Mathieu - Beller Ludovic - Ben Zaied Anouar - Bergerie Patrick - Bocquillon Abdel Hafid - Courselle Julian - Gaillard Damien - Guillemant Kevin

Τετάρτη, 18 Νοεμβρίου 2009

The causes of forest wildfires


The causes.... the threats


See more presentations by kfi | Upload your own PowerPoint presentations
created by Panayotis Sak.... & Panayotis Skoub.....
(Δείτε το σε πλήρη οθόνη!!!)

Δευτέρα, 9 Νοεμβρίου 2009

Questionnaire

School Year: 2009-2010

3rd Senior High School
Nea Philadelphia, Athens "Miltos Kountouras"

Environmental Awareness Project

THE FOREST: Role, Function, Threats, Effects, Prevention

Coordinator: Catherine Fyssaki (ICTS, Mathematics)

Teachers: Stavriana Soubassi (ELT)

Constantinos Taliadouros (Natural Resources Management)

INITIAL QUESTIONNAIRE

For the elicitation of preliminary knowledge and attitudes

Please answer the following questions selecting two (2) options:

PART A’: THE ROLE OF THE FOREST

What is the role of the forest?

  • it regulates the world climate
  • it preserves biodiversity
  • it cleans the air
  • it keeps the soil healthy
  • it maintains the water
  • it produces water
  • it provides habitat for the flora and fauna
  • it provides food
  • it provides raw materials for industry
  • it provides raw materials for pharmacy
  • it provides fortification
  • it is a source of artistic inspiration

PART B’: THE FOREST AS AN ECOSYSTEM

What does the forest depend upon for its survival?

  • it depends on the air
  • it depends on the water
  • it depends on the soil
  • it depends on the flora
  • it depends on the fauna
  • it depends on bacteria and mucus
  • it depends on chemical equilibrium
  • it depends on the climate
  • it depends on carbon
  • it depends on nitro

PART C’: THREATS TO THE FOREST

What is the forest threatened by?

  • by natural fires
  • by arsons
  • by burning dry weed
  • by barbeque fires
  • by the disposal of lit cigarettes
  • by the disposal of glass containers
  • by excessive grazing
  • by excessive deforestation
  • by excessive farming
  • by campers
  • by the hole in the ozone layer
  • by drought
  • by thunder and lightning
  • by strong winds
  • by chemical fertilisers
  • by hunting
  • by tourism
  • by air pollution
  • by airplane gas emissions
  • by acid rain

PART D’: EFFECTS OF FOREST DEVASTATION

Which are the major effects of forest devastation?

  • imbalance in ecosystems
  • climate change
  • soil erosion
  • the greenhouse effect
  • water shortage and desertation
  • wars over natural resources
  • global economic crisis

PART E’: PREVENTIVE MEASURES

In which way(s) are the following responsible for the survival of forests?

  • The state agents ……………… …………………………
  • Education ……………….. ………………………………..
  • Environmentalists ………………. ……………………
  • All citizens …….. …………………………………………
  • The media ……………………… …………………………
Thank you for your answers

During this year this questionnaire was distributed to the participants to the programme: Terres brûlées… et après?

Students’Names : …………………………………………………………………………………..




Note: Last year 2008-09 the same questionnaire was distributed to the participating students in the framework of the programme "The Forest: Role, Function, Threats, Effects, Prevention"

Σάββατο, 31 Οκτωβρίου 2009

Παρασκευή, 30 Οκτωβρίου 2009

Οι συνέπειες της καταστροφής των δασών

Ανυπολόγιστη είναι η περιβαλλοντική καταστροφή που οφείλεται στις πυρκαγιές στην Αττική και σ' ολόκληρο τον κόσμο, αφού εκτός από τις υλικές ζημιές, οι επιπτώσεις για το περιβάλλον είναι αναπόφευκτες.

  • Η μείωση των δασικών εκτάσεων (ως απόρροια των πυρκαγιών)
  • η μόλυνση των υπόγειων υδάτων η διάβρωση των εδαφών
  • το κλίμα που αλλάζει
  • η θερμοκρασία, που αυξάνεται
  • οι άνεμοι, που γίνονται ισχυρότεροι
  • οι βροχοπτώσεις, που μετατοπίζονται

αποτελούν μερικές από τις συνέπειες στο περιβάλλον της Αττικής μετά και τις πυρκαγιές του 2007 και του 2009.

Οι πυρκαγιές σε ολοκληρη τη Βορειοανατολική Αττική, έχουν ως αποτέλεσμα μη αναστρέψιμα πλήγματα στο έδαφος, στο υπέδαφος και στον αέρα, αφού ο αφανισμός χιλιάδων στρεμμάτων δάσους προκαλεί πλέον ακατάλληλες συνθήκες για τη βιωσιμότητα της πανίδας και της χλωρίδας της περιοχής.


Η Αττική βρίσκεται αντιμέτωπη με την ερημοποίηση, διότι η υποβάθμιση της γης συνεπάγεται αυτόματα με μείωση ή απώλεια της βιολογικής παραγωγικότητας, τόσο του γεωργικού εδάφους, όσο και των δασών, των βοσκοτόπων και των δασικών εκτάσεων.


Επιπρόσθετα,

  • οι μεταβολές που θα επιφέρουν οι πυρκαγιές στο κλίμα είναι ουσιαστικές και θα επηρεάσουν την καθημερινότητα των κατοίκων, με τη μεσημεριανή ζέστη να αυξάνεται και το νυχτερινό κρύο να εντείνεται,
  • η δε αποσάθρωση και διάβρωση των εδαφών αποτελεί τον καλύτερο σύμμαχο στη δημιουργία πλημμυρών που θα οφείλονται στις εποχικές βροχοπτώσεις, αφού η απουσία χλωρίδας ως εμπόδιο στη ροή του νερού θα προκαλέσει μεγάλα προβλήματα, ιδιαίτερα κατά τη χειμερινή περίοδο.
Το νου σας λοιπόν στο δάσος...

Αναδάσωση...

Κανένας δεν αμφισβητεί ότι το δάσος χρειάζεται βοήθεια για να γίνει καλά, για να αναρρώσει. Δηλαδή για να πρασίνουν πάλι τα έλατα, τα πεύκα, οι βελανιδιές κλπ στις περιοχές που κάηκαν.

Γι' αυτό το λόγο θα πρέπει άμεσα μετά την καταστροφή να βρίσκονται χρήματα και σωστές διαδικασίες.

Στη περίπτωση της Πάρνηθας προϋπολογίστηκαν 2,5 εκατομμύρια ευρώ για την αναδάδωση περίπου 4.000 στρεμμάτων για να φυτευτούν 100.000 δέντρα κυρίως έλατα 2 ετών, που μεταφέρθηκαν από το φυτώριο της Βυτίνας. Αλλά η διαδικασία ακολούθησε τους γνωστούς ρυθμούς ...
Αποτέλεσμα; Από τη μία υπήρχαν δέντρα, χρήματα, πολιτικές πιέσεις και δημόσιες δηλώσεις, αλλά η δενδροφύτευση άργησε, γιατί οι δημόσιοι πολλαπλοί διαγωνισμοί για καιρό παρέμεναν "αγονοι". Η δεντροφύτευση ολοκληρώθηκε στο τέλος Μαρτίου 2008, στο νήμα της λήξης της περιόδου που επιτρέπονται οι φυτεύσεις, με πιθανότητα, οι υψηλές θερμοκρασίες που σημειώθηκαν την περίοδο των φυτεύσεων, να μην εξασφαλίζουν τη βιωσιμότητα των μικρών ελάτων...

Άρα, δε φτάνει η καλή διάθεση και τα χρήματα! Απαιτείται, γνώση, σχέδιο, σοβαρότητα και σωστός συντονισμός...Άντε... και καλή δενδροφύτευση!!!

Προστασία δασών.


Ο σύγχρονος τρόπος ζωής και ο περιορισμένος χρόνος μας εγκλωβίζει στον αστικό τρόπο ζωής ακόμη και αν μένουμε σε χωριό. Η επαφή μας με τη φύση έχει μειωθεί τόσο πολύ που όταν ακούμε για μια περιβαλλοντική καταστροφή θεωρούμε ότι όλα γίνονται μακριά μας και δεν μας επηρεάζουν. 'Ετσι δεν καταλαβαίνουμε ότι όλες οι καταστροφές χτυπάνε και την πόρτα μας.

Στόχος μας είναι να βιώσουμε τη φύση και το περιβάλλον, να νοιώσουμε τις χαρές και τις συγκινήσεις και έτσι να αγαπήσουμε την φύση. Θα δουμε και θα νοιώσουμε επιτόπου τους ορατούς περιβαλλοντικούς κινδύνους.

Έτσι θα αναπτύξουμε σε μεγαλυτερο βαθμό την ευαισθητοποίηση μας και η ενεργοποίησή τους σαν συνειδητοποιημένα άτομα θα προσέχουμε περισσοτερο να μην καταστρέφουν το περιβάλλον θα μάθουν ότι έχουν δικαίωμα και υποχρέωση στα παιδιά τους, να αντιδράσουν και να προλάβουμε άλλες περιβαλλοντικές καταστροφές.


Η διατήρηση του φυσικού περιβάλλοντος στο πλαίσιο της ολοκληρωμένης και ορθολογικής διαχείρισης των περιοχών και με τελικό - απώτερο στόχο τη βιώσιμη ανάπτυξή τους είναι το ζητούμενο από τον άνθρωπο.

Είναι κοινή αποδοχή ότι η αλόγιστη ανθρώπινη εκμετάλλευση στους φυσικούς πόρους και η αλαζονική ανθρωπογενής παρέμβαση στη βιοποικιλότητα έχει παγκόσμιες επιπτώσεις στη ζωή και την υγεία των ανθρώπων.

Αίτια της καταστροφής των δασών



Δασικές πυρκαγιές

Οι δασικές πυρκαγιές αποτελούν ένα φυσικό φαινόμενο με σημαντικό ρόλο για την ισορροπία και την αναγέννηση των Μεσογειακών οικοσυστημάτων. Τα οικοσυστήματα αυτά είναι σε μεγάλο βαθμό προσαρμοσμένα στη φωτιά, με αποτέλεσμα να έχουν συνήθως τη δυνατότητα να αναγεννηθούν άμεσα και αποτελεσματικά μετά από αυτή. Κατά μέσο όρο σε ένα Μεσογειακού τύπου δάσος εμφανίζεται μία πυρκαγιά από φυσικά αίτια κάθε 100-150 χρόνια. Όμως τα φυσικά αίτια ευθύνονται μόνο για το 5% των πυρκαγιών που ξεσπούν στην Ελλάδα. Το υπόλοιπο 95% οφείλεται στην ανθρώπινη δραστηριότητα και έχει σαν συνέπεια τη διατάραξη του φυσικού ρόλου των πυρκαγιών ή την εξάντληση της φυσικής ικανότητας των οικοσυστημάτων να ανταποκρίνονται στις προκλήσεις της μεταπυρικής αναγέννησης.

Φυσικά αίτια των δασικών πυρκαγιών στην Ελλάδα

Υπάρχουν πολλοί λόγοι που τα ελληνικά δάση είναι ευάλωτα στις πυρκαγιές -τα παρατεταμένα θερμά και ξηρά καλοκαίρια, οι ήπιοι χειμώνες (χαρακτηριστικοί του Μεσογειακού κλίματος), οι δυνατοί άνεμοι, το έντονο ανάγλυφο των δασικών εδαφών και η εύφλεκτη ξηροφυτική βλάστηση. Όταν σε αυτούς τους παράγοντες προστεθεί και η έντονη ανθρώπινη δραστηριότητα, η ελλιπής διαχείριση των εύφλεκτων αυτών δασών και η επικράτηση της αντίληψης ότι η προστασία από τις δασικές πυρκαγιές ταυτίζεται με την δασοπυρόσβεση, αυξάνεται ο αριθμός των πυρκαγιών όπως και οι δασικές εκτάσεις που αυτές καταστρέφουν. Ενδεικτικά αναφέρουμε ότι κατά τη δεκαετία του ΄90 ο μέσος όρος των καμένων εκτάσεων προσέγγισε τα 500.000 στρέμματα, ενώ μόνο κατά την διάρκεια του καλοκαιριού του 2007 το σύνολο των καμένων εκτάσεων ξεπέρασε τα 2,5 εκ. στρέμματα.
Ανθρωπογενή αίτια δασικών πυρκαγιών

Οι κυριότερες αιτίες των δασικών πυρκαγιών είναι:

  • Οι διάφορες γεωργικές δραστηριότητες και κυρίως η καύση ξερών χόρτων.
  • Η απόρριψη αναμμένων τσιγάρων ή το άναμμα φωτιάς στο δάσος.
  • Η απόρριψη σκουπιδιών στο δάσος.
  • Η καύση σκουπιδιών και η ύπαρξη ανεξέλεγκτων χωματερών.
  • Κακόβουλες ενέργειες (εμπρησμοί).
  • Διάφορες δραστηριότητες σε εξοχικές κατοικίες.
  • Ατυχήματα (τροχαία, βλάβες γεωργικών μηχανημάτων, κοκ)

Σάββατο, 24 Οκτωβρίου 2009

Emfietzoglou Gallery

A brilliant idea!
If you have time, before you reach Penteli mountain a Sunday morning (from 10-18), you could visit the Emfietzoglou Gallery.
It is located at Anavryta area, near Maroussi. The works are representative of a wide range of artistic expression, from painting, sculpture and printmaking as construction, photography, video and installations. An overview of Greek art from the 19th century until today.
(From Kifissias avenue, you turn right to Pentelis str. After 5 streets turn left to Efkalypton str. In the end of Foinikon str. you 'll find the Gallery).

Πέμπτη, 15 Οκτωβρίου 2009

Forest Fires - Δασικές Πυρκαγιές

ΦΩΤΙΕΣ ΣΤΑ ΔΑΣΗ

Σύμφωνα με τη WWF, η Μεσόγειος είναι μια από τις πλουσιότερες περιφέρειες σε βιοποικιλότητα στον κόσμο. Τα δάση της Μεσογείου φιλοξενούν 25,000 είδη χλωρίδας, που αντιστοιχούν στο 10% των ανθέων του κόσμου. Επιπλέον, αποτελούν ενδιαίτημα για μια εκπληκτική ποικιλία πανίδας.


Παρόλα αυτά, τα δάση της Μεσογείου απειλούνται σοβαρά από πυρκαγιές. Κάθε χρόνο πάνω από 50.000 φωτιές καίνε μια περιοχή όση ολόκληρη η Κρήτη. Ενώ οι πυρκαγιές μικρής εμβέλειας αποτελούν μέρος της φυσικής διεργασίας ανανέωσης των δασών, οι καταστροφικές μεγάλης εμβέλειας δασικές φωτιές έχουν αυξηθεί δραματικά. Από όλες τις φωτιές των δασών το 95% οφείλονται σε ανθρώπινη πρόθεση ή απροσεξία.


Οι συνέπειες είναι ολέθριες: αυξανόμενη διάβρωση του εδάφους και ερημοποίηση!

Κάποιες φωτιές οφείλονται σε ανθρώπινες ενέργειες με πρόθεση για να δημιουργηθούν βοσκοτόπια και καλλιεργήσιμη γη, ενώ άλλες οφείλονται σε ανθρώπινη άγνοια ή αμέλεια. Ο μαζικός τουρισμός, επίσης, έχει αυξήσει τον αριθμό των εποχιακών επισκεπτών των δασών. Οι κατασκηνωτές πετούν αναμμένα τσιγάρα ή ξεχνούν να σβήσουν τη φωτιά που άναψαν για να ψήσουν. Τα γυάλινα μπουκάλια που αφήνουν πίσω τους αντανακλούν την ακτινοβολία του ήλιου στο έδαφος του δάσους που ξεσπάει αυτόματα σε φλόγες. Οι πιο αποτρόπαιες ενέργειες είναι οι εμπρησμοί, ένα σοβαρό έγκλημα στην Ελλάδα.


Η κλιματική αλλαγή ευθύνεται για τις μακρές περιόδους υψηλών θερμοκρασιών, την ξηρασία της ατμόσφαιρας και τους ισχυρούς ανέμους – δηλαδή τις ιδανικές συνθήκες για το ξέσπασμα πυρκαγιών που μπορούν να καταστρέψουν τεράστιες δασικές εκτάσεις. Για παράδειγμα, τον Αύγουστο του 2000 το νησί της Σάμου έχασε ολόκληρο το πευκόδασος που αποτελούσε τη μοναδική εναλλακτική πηγή εισοδήματος των κατοίκων εκτός του τουρισμού. Σαν αποτέλεσμα, πάνω από 50% των τουριστικών κρατήσεων για το καλοκαίρι του 2001 ακυρώθηκαν. Επιπλέον, το καλοκαίρι του 2007 καύσωνες και ξηρασία συνέβαλαν στη χειρότερη περίοδο πυρκαγιών στη χώρα που έχει καταγραφεί τα τελευταία 50 χρόνια με περισσότερες από 3.000 πυρκαγιές δασών σε ολόκληρη την επικράτεια, το θάνατο περισσότερων από 60 ατόμων και σημαντικές απώλειες περιουσίας.


Η WWF Ελλάδας έχει ξεκινήσει μια εκστρατεία με τίτλο ‘Δάση για πάντα’ που στοχεύει στη βελτίωση της αποτελεσματικότητας των μέτρων πρόληψης και στην προώθηση της αποκατάστασης των δασών. Εάν βγείτε στο δάσος για πικ νικ, ακολουθήστε τις παρακάτω οδηγίες:

Τορτορέλη Ειρήνη, Β4, 17 ετών

FOREST FIRES

According to the WWF, the Mediterranean is one of the richest regions in the world in biodiversity. Its forests are home to about 21.000 flora species; the equivalent of 10% of the world’s flowers. Moreover, Mediterranean forests are the habitat of an astonishing range of fauna species.

However, Mediterranean forests are under serious threat by forest fires. Every year more than 50,000 fires burn an area comparable to the size of the island of Crete. While small-scale fires are part of the natural dynamics of woodlands, large-scale forest fires have increased dramatically. Of all forest fires, 95% are caused either deliberately or by carelessness. The consequences are devastating: forest fires increase soil erosion and ultimately lead to the formation of deserts.


Some forest fires are man-made; they are set deliberately to clear land and prepare it for grazing, fertilisation or crop planting, while other fires are the result of human ignorance or negligence. Mass tourism has increased the numbers of seasonal visitors to forests. Campers toss away cigarettes or leave barbeque fire burning. Discarded glass bottles reflect the sunrays onto the forest floor, which spontaneously bursts into flames. Most disturbing are those forest fires which are the result of arsons, a serious crime in Greece.


Climate change has also given rise to periods of high temperatures, dry air and strong winds – ideal conditions for forest fires, which can destroy large areas of woodland. For instance, in August 2000 the island of Samos in Greece lost all its pine forests which provided islanders with their only alternative income to tourism. As a result, more than 50% of all tourist bookings for 2001 were cancelled. In the summer of 2007, heat waves and drought contributed to the worst fire season on record in the past 50 years, with more than 3,000 forest fires nationwide resulting in the death of more than 60 people and significant loss of property.


WWF Greece has launched a campaign called ‘Forests For Ever’, aiming at improving fire prevention and promoting forest restoration. If you go out for a picnic in the forest, follow these guidelines:


  • avoid setting a fire on days of low humidity and high temperatures
  • do not set a fire close to homes or property
  • set fires only very far away from trees or dry bushes
  • never leave fire unattended
  • always make sure you have extinguished a fire before leaving

Tortoreli Irini, Β4, 17 years

This article will be published on 3rd issue of our european magazine "THE VOICE OF TEEN"